accueil     -     peintures      -      documents      -      expositions      -      site original      -      contacts      -      Accueil © Micheline Lo
 
Paradis de Dante
Série 4,1989
 
 
 
 
A propos de cette série  
 
10 peintures sur toile, grands formats (213 x 225), inspirées de La divine comédie de Dante.

Le thème n'est plus la narration des 33 chants, mais celui des 10 ciels, ici grands et concrets.
 
 
 
Ce qu'en dit Micheline LO  
 
Nouveau pélerinage à l'ascension glorieuse et incompréhensible de la lumière chez Dante. Avec pour thème non plus la narration des chants, mais directement les dix ciels, de planètes en étoiles, depuis la Lune ombreuse où vaquent les élus qui ont eu des faiblesses, jusqu'à L'Empyrée, gouffre de lumière.
 
 
 
Ce qu'en dit Henri VAN LIER  
 
Homo naît astrologue, et c'est même par l'astrologie qu'il a commencé sa Physique. Concluant l'Antiquité gréco-latine, Plotin saisit le Cosmos comme une Procession de l'Un lumineux au Multiple ombreux, en même temps qu'une Récession du Multiple à l'Un, selon dix Ciels. C'est ce que Dante voyait encore, un millénaire plus tard, à travers Denys l'Aréopagite. Micheline Lo n'avait pas souligné cet aspect dans ses trois suites des trente-trois chants du Paradiso. Il fallait y revenir. Suivant l'ordre narratif de sa Commedia, Dante avait été astrologue de bas en haut, de la Lune à l'Empyrée. Comme le voulait Plotin et Denys, les peintures de Lo se lisent dans les deux sens. Faisons l'effort instructif de les lire de haut en bas.

(10) L'Empyrée, donc le feu-en-dedans, strictement transcendant, ne peut être qu'entrevu en retrait derrière l'ellipse d'un oeil démesuré. (9) Le Premier mobile est le principe des géométries natives. (8) Les étoiles fixes inaugurent de premières fonctions physiques, mais seulement préformées, préformantes. (7) Saturne inaugure des formations colorées, sous le rappel, par-dessus une ligne de démarcation, des préformations primitives.

(6) D'un vol d'aile à plumes noires, Jupiter ouvre le champ social. (5) Mars marque que cet Ordre ne saurait aller sans le Conflit, le « polemos patèr pantôn » d'Héraclite, chocs de barres horizontales et verticales sur fond rouge. (4) Et voici qu'éclate le Justicier, « midi le juste », le roi, le Soleil, bleu et or. (3) Vénus, étoile du matin, rassemble toute cette fraîcheur dont Ungaretti a fait le privilège unique de l'ontologie méditerranéenne, celle d'Homère, de Virgile et du Dante auroral du Purgatorio. (2) Mercure témoigne du trouble de nos esprits et de nos sens. (1) La Lune nous dépose enfin chez nous, brumeuse, terreuse, aux lumières pâles

Après quoi, il n'y avait plus qu'à reprendre ces dix ciels, très grands et très concrets (213 x 225), en dix ciels plutôt petits et très abstraits (100 x 100). Le dernier carré de l'Empyrée fut l'adieu du peintre au Paradis de Dante.